cyril coach.jpg

RENCONTRE AVEC CYRIL

MASTER coach dynamo, danseur de l’opéra NATIONAL DE PARIS, professeur de danse

Artistes préférés : The Toxic Avenger et Ludovico Einaudi

Endroit préféré pour les vacances : Tel Aviv

Péché mignon : un Lobster Roll de chez Homer Lobster et les sneakers de mes 2 shops préférés à Paris, Footpatrol et Throwback Sneakers.

Coach depuis : mai 2015, master coach depuis décembre 2018

Formations : DE de professeur de danse et CQP ALS

Mouvement préféré sur le vélo : Tap-back et pompes en 3

Musique préférée : Électro

jeunesse.jpg

Je suis né à Marseille. Fils unique, mes deux parents travaillent dans le médical. Depuis tout petit je fais énormément de sport (tennis, foot, hockey sur glace, golf). J’ai un besoin fou de me dépenser !

J’ai commencé la danse à l’âge de 4 ans. J’avais une jambe un peu plus longue que l’autre alors on a conseillé à ma mère de m’inscrire à des cours de danse classique pour enfants. Vers 7 ans, mon problème de croissance s’est réglé, en partie grâce à la danse. Mon professeur de l’époque, Eve Gonnet, a expliqué à ma mère que j’avais de réelles qualités pour aller plus loin.

Rapidement, je suis passé d’un cours par semaine à 2 puis 3 pour finir aux alentours de mes 10 ans à me consacrer uniquement à la danse classique avec 6 cours par semaine.

C’est devenu une vraie passion. Ce qui me plaisait surtout, c’était que j’étais le seul garçon : les cours étaient remplis de filles !

IMG_6893.JPG
IMG_6889.jpg
IMG_6878.JPG
J’avais une jambe un peu plus longue que l’autre alors on a conseillé à ma mère de m’inscrire à des cours de danse classique pour enfants
opéra (3).jpg
IMG_6823 (1).JPG

À 12 ans, j’ai été repéré lors d’un tournage à Paris par la Directrice de l’Opéra National de Paris, Claude Bessy, qui a tout de suite été voir ma mère pour lui dire qu’elle voulait me voir lors du concours d’entrée qui se tenait quelques mois plus tard !

Le concours s’est très bien passé et j’ai intégré l’école pour un an de stage. Je me rappelle le nombre de fois où je suis venu avec mes parents visiter Paris et à chaque fois que l’on passait devant l’Opéra Garnier, je leur disais : « Un jour, je danserai ici ! ». Le début du rêve commençait.

Gros chamboulement dans ma vie : je quitte Marseille pour l’internat de l’école de danse de l’Opéra National de Paris. En tant que fils unique, ce n’était pas évident pour mes parents et je les remercie encore d’avoir fait ce sacrifice pour moi. Forcément, j’ai été obligé de devenir autonome très vite avec des allers-retours Paris-Marseille tous les weekends, seul, mais j’étais ravi de cette nouvelle vie et tout ce qui s’ouvrait à moi !

Tous les ans, il y avait des examens pour passer dans la classe supérieure, et forcément un gros écrémage en fonction des progrès au cours de l’année. Pour faire simple cela fonctionne en pyramide : nous étions 60 candidats à l’entrée, ils en ont pris 20 et après 6 ans d’école nous n’étions plus que 5 en dernière année pour passer le concours d’entrée dans le ballet. Nous avons finalement été 3 à accéder à un contrat de titulaire à l’Opéra National de Paris et décrocher notre premier job à l’âge de 18 ans tout juste. La compétition a été hard durant mes années d’école mais j’ai adoré ça !

Depuis, mon métier de danseur m’a permis de beaucoup voyager. J’ai eu la chance de danser un peu sur toutes les scènes du monde, New-York, Tokyo en passant par Sydney ou Montréal.

Aujourd’hui ce que j’aime le plus, c’est partager des sensations et des émotions avec le public, bien évidemment jamais sans musique !

IMG_6822.JPG
Screen Shot 2019-03-04 at 5.20.51 PM.png
Ce que j’aime le plus, c’est partager des sensations et des émotions avec le public, bien évidemment jamais sans musique !
nutrition.jpg
Capture+d%E2%80%99e%CC%81cran+2019-03-07+a%CC%80+11.30.55.jpg

A vrai dire, je ne suis aucune routine alimentaire ou régime particulier. J’adore cuisiner et je pense que dans une autre vie j’aurais adoré le challenge d’être chef étoilé mais j’en suis bien loin dans la vraie vie ! Du coup je cuisine pas mal chez moi, et je suis un fan inconditionnel de street food (PNY, Homer Lobster, B.Bell).

Par contre, pour récupérer des heures d’entrainement et de représentation (en moyenne 35 heures de sport par semaine), je pense vraiment à prendre soin de mon corps en massant régulièrement les zones sollicitées par le sport. J’ai la chance d’avoir à l’Opéra des masseurs qui nous aident énormément (20min de massage environ, 3 fois par semaine). Et dès que j’ai une douleur particulière, je glace ! Pour moi cela fonctionne hyper bien. Il faut glacer 20min plusieurs fois par jour - attention au-delà, cela ne sert plus à rien et ne fait que relancer l’inflammation.

Je pratique aussi des sports plus doux et des étirements quotidiens. J’ai récemment commencé le yoga et la méditation. C’est une très bonne complémentarité avec dynamo. Cela permet de contrôler sa respiration et d’étirer ses muscles, parfois un peu raidis par le vélo !

Il faut aussi penser à faire des étirements doux et prolongés chez soi, toujours avec la bonne respiration pour bien allonger les fibres musculaires (pensez à vous étirer pendant l’expiration).

Pour lutter contre la fatigue, je ne prends pas trop de comprimés, à part en hiver pour booster un peu mes défenses immunitaires. Le remède miracle pour récupérer ça reste le sommeil ! C’est ce qu’il y a de mieux avec un gros break de 5 semaines l’été.

Et puis, ce qui me motive quand je suis fatigué c’est de me dire que c’est justement là qu’on travaille le mieux son corps et qu’on apprend à le maitriser, à gommer certains défauts. C’est la danse qui m’a vraiment transmis cela : aller chercher la perfection tout le temps, même quand on est fatigué !

Q
Capture d’écran 2019-03-18 à 18.09.28.png

dynamo m’a contacté avant d’ouvrir son premier studio début 2015. Après ma première classe avec Lucile Woodward, je suis tout de suite tombé amoureux du concept. Pédaler dans le noir en rythme sur de la musique avec des mouvements que je pouvais créer moi-même ? C’était le rêve pour un danseur !

Aujourd’hui, dynamo c’est ma soupape de sécurité ! Après des journées en studio de répétition ou des soirées sur scène à toujours être méticuleux sur son positionnement dans le groupe et sa synchronisation avec les autres (attention j’adore cela car le rendu est tout simplement magnifique et pour moi c’est le corps de ballet qui donne sa force à l’Opéra, et qui pousse toujours plus ses solistes), quand j’arrive dans un studio dynamo, c’est moi le chef d’orchestre et je suis libre de faire ce qu’il me plait sur la musique que j’ai choisie !

Le sport représente pour moi l’opportunité de se donner à fond et d’aller chercher ses limites pour les repousser à chaque fois. On a tous des problèmes, des galères, mais pour moi l’unique objectif une fois la porte du studio passée, c'est que tout le monde se connecte ensemble à la musique pendant 45 minutes. Comme je le dis souvent : «  BE SELFISH ». Il faut prendre ce moment pour soi, utiliser la salle, le noir, les bougies pour se vider complètement l’esprit et recharger ses batteries en se reconnectant à ses émotions ! Je vois vraiment ça comme un voyage émotionnel. On n’est pas là pour se juger, pour se mater : simplement se libérer.

Je prends énormément de plaisir quand mes riders me disent que je les inspire et les aide à se dépasser un peu plus chaque fois. Je m’inspire de ceux qui arrivent à lâcher complètement prise pendant le cours et qui s’en servent pour surmonter certaines épreuves de la vie. J’avoue que je me sens fier quand les riders sont surpris d’être déjà aux étirements sans s’en rendre compte.

Finalement, pour moi un très bon cours c’est quand je sors et que je me dis : « Mais qu’est-ce que tu leur as dit t’es complètement malade ! ». Parce que cela veut dire que moi aussi j’ai lâché prise, et qu’ensemble on a pu aller encore plus loin !

J’avoue qu’aujourd’hui, je suis complètement addict à dynamo. C’est simple : le jour où je me dirai avant d’aller donner un cours que cela me fait chier, j’arrêterai. Je crois que ce qui est addictif chez dynamo c’est d’être plongé dans le noir. Cela permet de se sentir seul et en même temps tu sens forcément l’énergie du groupe qui circule dans la salle grâce à la musique, à la synchronisation des mouvements. Cette sensation folle où tu es tellement en rythme que tu ne contrôles plus rien, c’est ça que je viens chercher à chaque fois !

Capture d’écran 2019-03-07 à 11.42.29.png
Capture d’écran 2019-03-07 à 11.35.29.png
Cette sensation folle où tu es tellement en rythme que tu ne contrôles plus rien, c’est ça que je viens chercher à chaque fois !